Nicolas Berthemet s’est prêté au jeu de l’interview concernant sa vie de squasheur. Découvrez son portrait squash !

Quand, comment et où as tu commencé le squash ?

J’ai commencé le squash avant-hier, un mercredi de 1979, à la raquette d’Argent, club à la sortie de Nantes (route de Rennes) qui n’existe plus depuis longtemps. C’était un club de tennis qui avait 4 courts de squash. À l’époque je jouais au football le mardi et le jeudi (entraînements) et le dimanche (matche), le mercredi tennis et après le tennis un petit squash. Ma première licence date de 1983, car avant je considérais le squash comme une activité ludique pour se défouler du tennis qui n’avançait pas vite (on passe plus de temps à ramasser les balles qu’à jouer, ha, ha !) et mon vrai sport était le foot…

A partir de 1983, 3 clubs majeurs se sont créés sur Nantes, Squash Nantais, Central Forme, Loisir Nantes Squash (le seul vrai club de squash avec 5 courts en ligne qui a été démoli au début des années 1990 pour faire un immeuble avec une belle marge (pour le promoteur). Le squash était le sport à la mode des années 1980 et chaque week-end on pouvait faire une compétition et la fête, j’en ai fait mon sport et j’ai laissé le football derrière moi…

Portrait squash ! Nicolas Berthemet s'est prêté au jeu de l'interview concernant sa vie de squasheur - D'Sport & Co votre club de sport, unique à Nantes

Pour toi, le squash c’est quoi ?

Je pourrai discourir sur le sujet autant que j’aimerai encore courir sur un court. Je vais essayer d’écourter l’échange et de faire la nique au bavardage et de vous toucher droit au cœur comme un épéiste le ferait en parlant de son propre sport.

Le squash c’est une discipline exceptionnelle à bien des égards ! Je passerai sur les poncifs du sport qui défoule en s’amusant sans savoir réellement jouer, bien que cela soit vrai, je pourrai énoncer les qualités physiques, stratégiques, techniques (de raquette et de déplacement) et psychologiques qu’il faut développer pour jouer correctement au squash mais je préfère insister sur la symbolique : c’est un sport de duel, c’est un sport de combat où l’on doit mettre son adversaire KO sans le toucher tout en respirant dans la même zone et en gardant le maximum de fair-play. Le duel fait écho à ce que nous avons de plus ancien en nous, l’envie de vaincre, de dominer de s’élever.

Quel est ton meilleur souvenir ou moment de squash ?

Mon meilleur souvenir c’est la confidence d’un joueur de huit ans mon cadet. Il m’a dit qu’il avait eu envie de jouer au squash en regardant un match que j’avais fait à mes débuts. J’étais 4C et j’ai battu ce jour là un 2C. A l’époque il avait 13 ans, il m’a confié son souvenir 20 ans plus tard et était devenu première série. Rien ne peut faire plus plaisir que de donner envie aux autres de pratiquer sa passion, émoi, émoi émoi.

Quel est ton coup préféré ?

La squash est un sport de géométrie. Les trajectoires doivent permettre d’éloigner son adversaire du premier rebond de la balle. Il me semble que le double mur inversé répond le mieux à cet objectif car la trajectoire est dure à lire quand la balle sort de la raquette. De plus, les appuis de l’adversaire sont mis à mal par ce type de coup peu utilisé.

As tu un prochain challenge ?

Peut-être un dernier championnat de France vétéran en 2020, le 55-59. Et faire comme un certain Saint-Thomas, faut le voir pour le croire !

Quel conseil donnerais tu à un débutant ?

Pour progresser : prendre quelques leçons pour les bases, varier ses adversaires, faire de la compétition. S’imprégner des jeux qui inspirent et ne pas oublier que tout doit se terminer devant une bière (après étirements).

Qu’est que l’on peut te souhaiter ?

De jouer le plus longtemps possible…Avec le moins de douleurs possibles…

Et pour terminer un trait d’humour, les questions hors squash :

(il y a une vie en dehors du squash ?)

– Ton livre préféré ? La bible du squash

– Ton film préféré ? Fair Play

– Ta chanson préférée : prendre un enfant par la main, et l’emmener au squash

– Ton personnage réel préféré : Ashour

– Ton personnage de fiction préféré : moi quand je joue comme Ashour